Dans la continuité de sa politique de casse sociale et de casse de l'éducation, le gouvernement Macron via sa "loi travail", sonne le glas sur les contrats aidés. Par des baisses violentes des prescriptions, mettant en péril des statuts déjà précaires, l'Etat français amplifie la donne.

Or, il est urgent de réagir, les contrats aidés refusés poussent le réseau Diwan à une mort certaine et ses travailleurs en difficulté (professeurs, ASEM, AVS, animateurs-rices, surveillants-es).

Meur a skol Diwan zo gwallgaset en distro-skol pe a vo er mizioù da zont gant kudenn ar c’hevratoù skoazellet nac’het. An diviz trumm bet tapet gant ar gouarnamant e-kreiz an hañv a laka ur bern ac'hanomp, kenlabourerien Diwan en ur wall blegenn. Ne c'hello ket holl skolidi, skolaerien ha skoazellerien Diwan distreiñ seder d'o skol ha d'o labour. Stourm, kavout diskoulmoù pe c'hoazh daleañ an distro-skol d’ar Meurzh 5 a viz Gwengolo a rankint ober peogwir n’eus deuet diskoulm degemer padus ebet betek-hen d'ar 45 post skoazeller nac'het ha d'an 39 all en arvar.

SLB logo3

logo slogan