Beaucoup d’écoles du réseau Diwan sont mises à mal en cette rentrée, ou le seront dans les mois à venir avec la suppression des contrats aidés. La décision brutale prise par le gouvernement en plein été, met notre réseau en grand danger. Les écoles doivent lutter, trouver des solutions voir reporter la rentrée au mardi 5 septembre, car elles n’ont pour l’instant aucune solution durable pour les 45 postes d’ASEM refusés et pour les 39 postes en péril.

Le 1er Mai, Journée Internationale des Travailleurs et Travailleuses est le cri d'unité et de solidarité du mouvement ouvrier du monde entier face à l'exploitation et l'oppression capitalistes. Cette date est née suite à l'assassinat, orchestré par les forces de répression, de grévistes américains qui luttaient alors pour la limitation de la journée de travail à 8 heures. Notre classe a su s'en saisir et la transformer en symbole de lutte et non de deuil. Ce n'est donc pas un jour férié parmi tant d'autres, ou encore une simple fête commémorative. Cette journée est un de nos outils de classe permettant d'accentuer notre lutte est de porter nos revendications pour améliorer nos conditions de vie et de travail.

Le 24 mars dernier, alors que les jeunes guingampais mobilisés contre la loi El-Konnerie avaient décidé d’aller soutenir les salariés en grève du Lidl de Ploumagoar, la préfecture a répondu de manière violente à cette tentative de convergence, bilan pas de blessés mais de l’intimidation. En parallèle le rectorat menaçait par courrier les familles de lycéens grévistes en expliquant que sous l’Etat d’urgence, la présence de leurs enfants à des manifestations pourrait faire l’objet de poursuites judiciaires contre les parents.

SLB logo3

logo slogan