SLB2016 bloquonstout miniTravailleurs, Travailleuses, nos ennemis sont à la manoeuvre. Les patrons, flics et politiciens parlent et agissent à l’unisson. Et la loi TRAVAIL présentée par la ministre El Khomri est leur plus grande attaque.

Le chômage augmente, les salaires stagnent et la bourse continue de flamber. Il nous faudrait produire plus, toujours plus et plus vite, sans que nos vies ne s’améliorent un instant.

Mais ils ont la solution : licencier.
Licencier pour faire travailler plus. Licencier pour verser moins de salaires. Licencier pour empêcher les délocalisations. Licencier pour investir. Licencier pour faire des bénéfices.

Toute notre classe est attaquée !

La stratégie de nos gouvernants est bien rodée. On culpabilise ceux qui ont un travail de toucher un salaire et ceux qui n’en ont pas d’être indemnisés. Et on matraque les mécontents. Cela fait des années et des décennies que ça dure !

La loi TRAVAIL va encore plus loin et renie tous nos acquis sociaux. Le projet de cette loi est simple : faire travailler plus et encore plus ceux qui ont un emploi. Et pour cela on permet tout aux patrons.

On leur permet de nous faire travailler jusqu’à 46h par semaine et 12h par jour. On leur permet de virer sans indemnité les salariésqui refuseraient ces augmentations de temps de travail. On leur permet d’organiser des pseudo-référendums sur le temps de travail qui ne sont qu’un chantage à l’emploi pour des salariés qui ne veulent pas perdre leur boulot. On leur permet de signer des accords avec des syndicats minoritaires pour faire augmenter le temps de travail et baisser les salaires sans que personne ne puisse s’y opposer. On leur permet de faire des contrats où le temps de travail n’est plus compté en heures mais en jours pour que la responsabilité de la surexploitation incombe au salarié lui-même. On leur permet de ne payer les heures supplémentaires que tous les 3 ans et que ces heures supplémentaires ne soient quasiment plus majorées. On leur permet de faire des plans sociaux dans des entreprises qui font des bénéfices… Bref, on leur permet tout.
Et ce n’est pas fini, l’article premier de la loi prévoit d’autres changements. Elle instaure un préambule au code du travail, qui en 4 pages, liste et hiérarchise les grands principes qui structurent le code du travail. Ce préambule servira de base à une obscure commission composée “d’experts et de praticiens de relations sociales” pour une réécriture totale du code du travail en 2 ans, en donnant “une place centrale à la négociation collective”. Dans 2 ans, le code du travail se résumera donc à 4 pages et nos droits sociaux ne seront plus que du papier recyclé.

Quant aux travailleurs et travailleuses, que leur apporte la loi ? Rien.
De la même façon que baisser les salaires ne les fera pas augmenter, travailler plus longtemps ne créera pas d’emploi et licencier ne fera pas baisser le chômage.

Le travail ne coûte rien.
C’est nous, travailleurs, travailleuses, qui produisons les richesses.

Pour nous défendre, il ne nous reste plus qu’une chose : arrêter le travail.

Parce que travailler dans les conditions indignes qu’on nous promet ne sera pas supportable, la grève ne sera pas seulement nécessaire, mais sera vitale. La grève nous permet de nous réapproprier nos outils et lieux de travail. La grève nous permet de bloquer l’économie et de stopper d’alimenter les caisses des capitalistes. La grève nous permet d’engager un véritable rapport de force avec les patrons pour sauver nos conditions de vie et de travail. La grève nous permet de décider pour tout le monde ce que sera la société de demain.

SLB appelle tous les travailleurs et travailleuses de Bretagne à arrêter le travail le 31 mars contre la loi Travail et se joint à l’appel des assemblées interprofessionnelles pour continuer la lutte le 31 au soir et après, pour garder la rue, pour bloquer l’économie et pour occuper tous les lieux de travail.

 

Jusqu'au retrait total, sans négociation, la lutte continue !

31 MARS - CONTRE LA LOI DU TRAVAIL
GRÈVE GÉNÉRALE

 

 

 

manifestation

 

 

--

SLB logo3

logo slogan