Le 14 novembre dernier, au lendemain des attentats meurtriers de Paris, l’extrême droite la plus radicale a manifesté à Pontivy contre l’accueil des réfugié.e.s.

Les slogans haineux ont vite dérivé de « Dehors les immigré.e.s » à « À mort les immigré.e.s ». Des personnes ont été passées à tabac, menacées et poursuivies jusque dans les commerces, pour avoir réagi par des slogans de solidarité ou simplement à cause de leur couleur de peau... Le cortège s’est déplacé jusqu’au Centre d’accueil des demandeurs d’asile. Que serait-il arrivé si celui-ci n’avait pas été vide ?

Le 1er Mai, Journée Internationale des Travailleurs et Travailleuses est le cri d'unité et de solidarité du mouvement ouvrier du monde entier face à l'exploitation et l'oppression capitalistes. Ce n'est pas un jour férié parmi tant d'autres, ou encore une simple fête commémorative. Cette journée est un de nos outils de classe permettant d'accentuer notre lutte et de porter nos revendications pour améliorer nos conditions de vie et de travail.

Lundi 6 octobre 2014, la police rennaise a ouvert le feu sur un sans-papiers d’une quarantaine d’année d’origine congolaise.

Détenteur d’une carte de résidant depuis 10 ans, cet homme tente en effet de la faire renouveler depuis plusieurs mois. Il se heurte à des refus et à des complications à chaque rendez-vous. Ceci explique sa tentative d'immolation devant la préfecture de Beauregard. La police est intervenue et, invoquant l'habituelle « légitime défense », lui a tiré dans la jambe.

Une fois de plus, la majorité des politiciens et une partie du patronat local se sont opposées à la réunification de la Bretagne. Pour rappel, la division de notre Pays a été menée par le régime de Vichy dans « une logique d'efficacité administrative et policière de l'État français » (source CNRS) et a été par la suite confirmée par toutes les réformes qu'ont menées les autorités françaises.

SLB logo3

logo slogan