Here gant al labourerien o stourm hag en harz labour. Ret e vo deomp kas lusk d'ar stourm a-enep politikerezh ar gouarnamant Gall hag e reformoù feuls e pep keñver evit al labourerien! Poent eo ivez soñjal en un emsav kreñv evit an distro sokial : gant harzoù-labour efedus ha padus e-plas an devezhioù o erruout a vare da vare.
 
Galv a reomp neuze kamareded ha sindikalourien SLB da vanifestiñ evit an devezh-se.
 
SLB Roazhon a vo war plasenn Ch.de Gaulle (11e) hag SLB Skol-Veur a zaio kuit eus ar skol-veur evit kemer perzh er manifestadeg hollmicherel.
 
 
SLB sera présent aux côtés des travailleuses et travailleurs pour la journée de grève et de manifestations du 9 octobre. La mobilisation doit continuer de s'amplifier et d'exprimer notre détermination face à ces réformes anti-sociales que ce gouvernement présente sur tout les fronts. Il est également temps d'envisager un mouvement combatif pour marquer cette rentrée sociale, c'est à dire un mouvement de grève visible plutôt que la grève partielle et inefficace. Nous appelons donc les adhérents et sympathisants à manifester pour cette date.

SLB Roazhon manifestera à 11h (esplanade de Gaulle) et SLB Skol-Veur Roazhon partira de l'Université Rennes 2 pour rejoindre la manifestation interprofessionnelle.

War lañs ar reformoù graet war ar c'hod-labour hag ar politikerezhioù o terriñ an deskadurezh hag an dachenn sokial, ar gouarnamant a zo o herzel ouzh ar c'hevratoù skoazellet. O cheñch ar stumm hag an niver a c'hevratoù, ar Stad gall a lak dañjer war statudoù diasur al labourerien. 

Mallus eo, ar c'hevratoù skoazellet nac'het a lak ar rouedad Diwan en arvar hag ar labourerien (skoazellerezed-rien, kelennerien, buhezourien-rezed) en diaester.

Poent eo kavout un diskoulm war an hir dermen, gant gwir postoù-labour hag ur politikerezh harpañ ha diorren ar yezh.

Cette formation aura pour objectif de permettre aux adhérents une première approche du droit du travail et de l'activité syndicale, nous auront l'occasion d'approfondir ces thèmes et de nous former sur d'autres sujets puisque ce week-end s'inscrit dans un cycle de formations syndicales sur le long terme.
A la suite d'une présentation du SLB et de son fonctionnement pour les nouveaux adhérents, les thématiques suivantes seront abordées : instances représentatives du personnel, délégués du personnel, permanence, lecture de fiche de paie (amenez-en!), droit du travail et un point sur les ordonnances loi travail.

Beaucoup d’écoles du réseau Diwan sont mises à mal en cette rentrée, ou le seront dans les mois à venir avec la suppression des contrats aidés. La décision brutale prise par le gouvernement en plein été, met notre réseau en grand danger. Les écoles doivent lutter, trouver des solutions voir reporter la rentrée au mardi 5 septembre, car elles n’ont pour l’instant aucune solution durable pour les 45 postes d’ASEM refusés et pour les 39 postes en péril.

Le 1er Mai, Journée Internationale des Travailleurs et Travailleuses est le cri d'unité et de solidarité du mouvement ouvrier du monde entier face à l'exploitation et l'oppression capitalistes. Cette date est née suite à l'assassinat, orchestré par les forces de répression, de grévistes américains qui luttaient alors pour la limitation de la journée de travail à 8 heures. Notre classe a su s'en saisir et la transformer en symbole de lutte et non de deuil. Ce n'est donc pas un jour férié parmi tant d'autres, ou encore une simple fête commémorative. Cette journée est un de nos outils de classe permettant d'accentuer notre lutte est de porter nos revendications pour améliorer nos conditions de vie et de travail.

Le 24 mars dernier, alors que les jeunes guingampais mobilisés contre la loi El-Konnerie avaient décidé d’aller soutenir les salariés en grève du Lidl de Ploumagoar, la préfecture a répondu de manière violente à cette tentative de convergence, bilan pas de blessés mais de l’intimidation. En parallèle le rectorat menaçait par courrier les familles de lycéens grévistes en expliquant que sous l’Etat d’urgence, la présence de leurs enfants à des manifestations pourrait faire l’objet de poursuites judiciaires contre les parents.

SLB logo3

logo slogan